Passer au contenu
English
Répertoire des communiqués
Page précédente.
Les investisseurs doivent tenir compte du coût des obligations liées aux gaz à effet de serre, selon le nouveau rapport de Marchés mondiaux CIBC
    Quarante pour cent des sociétés cotées à la Bourse de Toronto sont
    touchées par la législation envisagée

    TORONTO, le 13 fév. /CNW/ - Banque CIBC (CM aux bourses de Toronto et de
New York) - La législation envisagée en matière de réduction des émissions de
gaz à effet de serre (GES) aura une incidence directe sur des sociétés formant
40 % de la valeur marchande de la Bourse de Toronto, estime un nouveau rapport
de Marchés mondiaux CIBC. Le rapport conclut également que la mise en place
d'un système de plafonnement et d'échange aura un effet défavorable sur la
vaste majorité de ces entreprises.
    "Les investisseurs devront reconnaître rapidement que les obligations
liées aux émissions de carbone font partie intégrante du bilan d'entreprise",
a souligné Jeff Rubin, stratège en chef et économiste en chef, Marchés
mondiaux CIBC. "Le risque carbone est plus important que bon nombre
d'investisseurs ne le soupçonnent.
    "L'incidence globale du risque carbone sur les évaluations d'entreprise
dépendra de l'octroi de permis, du niveau de contrainte initial du plafond des
émissions et du taux de réduction de ces plafonds au fil du temps. Finalement,
ce sont les législateurs qui fixeront ces paramètres. Bref, que les
investisseurs se le tiennent pour dit : l'économie canadienne devra très
bientôt payer la note des émissions de carbone."
    Selon le rapport, l'Etat de la Californie a pris les devants en matière
de réduction des émissions de carbone responsables des GES en établissant un
système de plafonnement et d'échange de droits d'émission à l'échelle de
l'Etat. L'Etat, gigantesque consommateur d'énergie, souhaite ramener ses
niveaux d'émission à ceux de 1990 d'ici 2020.
    Le rapport cite également les efforts des Etats du Connecticut, du
Delaware, du Maine, du New Hampshire, du New Jersey, de New York et du Vermont
pour plafonner les émissions rejetées par les grandes centrales d'énergie
électrique dès 2009, avec une réduction supplémentaire de 10 % à plus long
terme. En outre, un projet de loi bipartite devant le Congrès américain vise
l'établissement d'un système de plafonnement et d'échange de droits à
l'échelle nationale pour les émissions de GES.
    "En règle générale, le Canada tend à imiter les Etats-Unis en ce qui a
trait à l'environnement, et ce, tant à l'échelon provincial que fédéral", a
ajouté M. Rubin. "Il y a de bonnes chances qu'un système similaire à celui sur
le point d'être mis en oeuvre en Californie soit bientôt également adopté par
les provinces canadiennes."
    Le rapport précise que différentes variables détermineront le niveau de
vulnérabilité d'un secteur par rapport aux plafonds d'émissions de GES,
notamment la capacité de répercuter le coût des crédits d'émission sur le
consommateur au lieu de l'absorber dans les marges bénéficiaires. Un autre
facteur déterminant de la vulnérabilité par rapport aux plafonds est
l'intensité énergétique du secteur. Dans la mesure où les quotas d'émissions
font augmenter le prix de l'énergie, les entreprises des secteurs à intensité
énergétique plus élevée seront pénalisées, et ce, même si elles n'acquièrent
pas elles-mêmes une grande quantité de crédits d'émission.
    La capacité de ces entreprises à réduire leurs émissions de carbone grâce
à l'adoption de mesures efficaces deviendra plus importante à mesure
qu'augmentera le coût relatif aux quotas d'émissions. Le rapport note que la
diminution des émissions peut réduire les quotas requis qui devraient
autrement être achetés sur le marché libre ou créer des crédits excédentaires
pouvant être vendus sur le marché libre.
    Afin d'évaluer le risque carbone global, Marchés mondiaux CIBC a établi
un indice composé de la vulnérabilité au plafond d'émissions de carbone
reposant sur la moyenne pondérée des quatre mesures de vulnérabilité au risque
carbone : intensité des émissions; intensité énergétique; capacité de
répercuter les coûts; et niveau de réduction visé.
    L'intensité des émissions est mesurée sous forme de kilotonnes
d'émissions d'équivalent dioxyde de carbone par dollar de production.
L'intensité énergétique est mesurée sous forme de térajoule d'énergie par
dollar de production. La capacité de répercuter les coûts du risque carbone de
même que le niveau visé de réduction des émissions tiennent compte de données
obtenues de services-conseils indépendants. Marchés mondiaux CIBC a attribué
des taux de pondération de 30 % à l'intensité des émissions et à la capacité
de répercuter les coûts, de 25 % au niveau de réduction et de 15 % à
l'intensité énergétique.
    Selon l'indice, les centrales au charbon représenteraient le secteur de
l'économie le plus exposé au risque carbone, ce qui reflète l'intensité des
émissions extrêmement élevée par mégawatt d'énergie produite. Les producteurs
de sables bitumineux suivent. Bien que les sables bitumineux n'aient généré
que 3,5 % des émissions de GES au Canada en 2004, d'après certaines
estimations, le fait de doubler la production pour la porter à 2 millions de
barils par jour entraînerait une augmentation de plus de 40 % des émissions de
GES à l'échelle nationale d'ici le reste de la décennie.
    Vous pouvez consulter le rapport intégral des indicateurs mensuels de
Marchés mondiaux CIBC à
http://research.cibcwm.com/economic_public/download/mifeb07.pdf.

    Marchés mondiaux CIBC, division des services bancaires de gros de la
Banque CIBC, offre une gamme complète de produits de crédit intégré et de
marchés des capitaux, de services bancaires d'investissement et de services de
banque d'affaires à des clients des marchés financiers clés en Amérique du
Nord et partout dans le monde. Nous proposons également des solutions
novatrices et des services consultatifs dans un vaste éventail de secteurs et
nous fournissons des recherches de premier ordre à notre clientèle
d'investisseurs constituée de sociétés, de gouvernements et d'institutions.




Pour plus de renseignements:
Renseignements: Jeff Rubin, économiste en chef et stratège en chef,
directeur général, Marchés mondiaux CIBC, au (416)
594-7357,[email protected], ou avec Kevin Dove, Communications et affaires
publiques CIBC, au (416) 980-8835, [email protected].

Plus Nouvelles
print email rss