Passer au contenu
English
Répertoire des communiqués
Page précédente.
Le huard pourrait chuter à près de 0,70 $ US si les problèmes d'exportation se poursuivent dans la prochaine décennie : un rapport de la Banque CIBC

L'accroissement de la production manufacturière et des services est nécessaire pour reprendre le terrain perdu aux pays à marché émergent

TORONTO, le 28 mai 2018 /CNW/ - Le Canada perd davantage de terrain dans la course à l'approvisionnement aux marchés mondiaux et, s'il ne fait rien prochainement pour changer la situation, son dollar pourrait chuter à près de 0,70 $ US dans la prochaine décennie, signale un nouveau rapport de Marché des capitaux CIBC.

« Voyons la réalité comme elle est : depuis le tournant du millénaire, excepté pour la période de rebond que nous avons eue après la récession, le Canada est un joueur faible au sein des marchés globaux et américains », déclarent dans le rapport les économistes Avery Shenfeld et Royce Mendes de Marché des capitaux CIBC. « Où sont les cérémonies d'inauguration pour de nouvelles installations (usines, laboratoires, tours de bureaux) qui permettront d'accroître notre capacité d'exportation? »

Le rapport ajoute que la croissance des exportations et de la capacité industrielle canadiennes s'est éclipsée - sauf pour certains secteurs depuis la fin des années 90 -, ce qui porte à douter que le pays soit perçu comme un lieu de choix pour ce type d'installations.

Bien que les autocongratulations abondent au Canada au sujet de quelques succès, les parts canadiennes en produits américains importés ont chuté de presque 20 % au tournant du millénaire, passant à seulement 13 % aujourd'hui, soulève le rapport. Dans l'industrie automobile, par exemple, les usines de montage canadiennes produisent un million d'unités en moins, entraînant la perte de l'équivalent de 100 000 emplois dans le secteur privé.

Parmi les autres maillons faibles, le rapport désigne un « groupe hétéroclite de secteurs manufacturiers, dont les activités canadiennes de plusieurs ont été supplantées dans le marché américain par le Mexique ou par d'autres compétiteurs plus concurrentiels ». « En somme, les volumes d'exportation ont progressé à pas de tortue au fur et à mesure que les usines ont mis la clé sous la porte au Canada et repris leurs opérations ailleurs. »

Entretemps, quelques-uns des pays à marché émergent qui mettent au défi la production manufacturière au Canada s'en prennent également aux services, un secteur où la part du Canada dans le marché d'importation américain s'est érodée le plus parmi toutes les économies développées, selon le rapport.

« Si on ne fait pas de progrès pour ramener la balle dans notre camp, il y aura toujours la main invisible du marché qui fera le travail pour nous. Avec le temps, un compte courant appauvri affaiblira le dollar canadien. »

« Le Canada serait mieux de se doter d'autres alternatives pour soutenir la croissance des exportations plutôt que de miser sur un huard affaibli qui réduit notre capacité à investir à l'étranger, conseille le rapport. Si aucune action n'est entreprise prochainement, le dollar canadien devra supporter les conséquences du rajustement déclenché par un compte courant affaibli », ce qui ferait chuter sa valeur à 0,70 $ US dans les années 2020.

Alors, quelles sont les solutions? Un soutien ciblé à des programmes d'entraînement et d'éducation, surtout dans les services liés à la technologie, allié à « la simplification de la réglementation, l'accélération de l'approbation de projets gouvernementaux, la réduction des impôts des sociétés et l'amélioration de l'infrastructure des affaires » seraient de bonnes pistes, propose le rapport.

Maintenant que le Canada met les freins à la consommation financée par l'emprunt en vue de maintenir la stabilité financière, le pays a besoin d'exportations et des dépenses en capital afférentes pour combler le manque, ajoute le rapport. « De tels changements pour créer une économie plus équilibrée pourraient aussi amener une meilleure productivité, favorisant des salaires réels plus élevés. »

Vous pouvez consulter le rapport intégral de Marchés financiers CIBC ici (en anglais).

Banque CIBC

La Banque CIBC est une importante institution financière canadienne d'envergure mondiale qui compte 11 millions de clients, tant des particuliers que des entreprises, y compris des clients institutionnels et du secteur public. Par l'intermédiaire de Services bancaires personnels et PME, de Groupe Entreprises et de Gestion des avoirs, et de Marchés des capitaux, la Banque CIBC offre un éventail complet de conseils, de solutions et de services au moyen de son réseau de services bancaires numériques de premier plan, et de ses emplacements dans tout le Canada, aux États-Unis et dans le monde entier. Marchés des capitaux CIBC offre des produits et des services intégrés de réseau mondial, des services consultatifs et d'exécution en placement, des services de financement d'entreprises et des services de recherche de premier plan aux grandes entreprises, aux gouvernements et à des clients institutionnels à l'échelle mondiale. Visitez le site www.cibccm.com pour obtenir plus de renseignements sur la Banque CIBC et Marchés des capitaux CIBC. Vous trouverez d'autres communiqués et renseignements au sujet de la Banque CIBC au www.cibc.com/fr/about-cibc/media-centre.html.

SOURCE CIBC - Recherche économique

Pour plus de renseignements: Avery Shenfeld, économiste en chef, Marchés des capitaux CIBC, Avery.Shenfeld@cibc.ca, 416 594-7356, ou Jason Wesley, Communications et affaires publiques, 416 408-9507, ou jason.wesley@cibc.com
Plus Nouvelles
print email rss