Passer au contenu
English
Répertoire des communiqués
Page précédente.
Les propriétaires réduisent leurs dépenses en rénovation résidentielle en 2018 : un sondage de la Banque CIBC

Dans certaines provinces, un nombre grandissant d'entre eux envisage de dépenser jusqu'à 25 % moins pour se concentrer sur les réparations liées à l'usure normale

TORONTO, le 31 mai 2018 /CNW/ - Sondage de la Banque CIBC (CM:TSX) (CM:NYSE) - Bien que près de la moitié (45 %) des Canadiens prévoient d'effectuer des améliorations résidentielles cette année, les sommes dépensées enregistrent une baisse de 7 % pour se situer à 11 000 $, la moyenne la plus basse des cinq dernières années. Selon le sondage annuel de la Banque CIBC sur les rénovations domiciliaires, un plus grand nombre de propriétaires se limitera à réaliser des travaux d'entretien et des réparations.

Les propriétaires canadiens dépenseront moins pour rénover en 2018 : Sondage CIBC (Groupe CNW/CIBC - Étude des besoins des consommateurs et conseils)

« Les Canadiens continuent de voir la pertinence d'investir dans leur propriété, mais cette année, ils adoptent une approche très pragmatique en se concentrant sur des projets moins coûteux », explique Edward Penner, vice-président à la direction, Services bancaires personnels CIBC et Services bancaires aux PME CIBC. « Qu'il s'agisse d'un projet de petite ou de grande envergure, ils doivent d'abord déterminer ce qui doit être fait, ce qu'ils peuvent se permettre et la façon dont ils assumeront ces dépenses pour profiter de la rénovation une fois terminée sans avoir à se soucier de dépenses excessives ou de dettes inutiles. » 

Principaux résultats du sondage :

  • 45 % des propriétaires canadiens se proposent de rénover ou d'améliorer leur maison cette année, par rapport à 48 % en 2017.
    • La somme moyenne qu'ils envisagent de dépenser pour leur maison est de 11 000 $, une baisse par rapport à environ 11 800 $ l'an dernier.
      • Les Ontariens prévoient de dépenser 13 600 $ cette année; bien qu'il s'agisse de la moyenne la plus élevée au pays, elle est tout de même en baisse par rapport à celle de 16 000 $ de l'an dernier.
      • En Alberta, les propriétaires prévoient de dépenser 8 100 $, la moyenne la plus faible au pays, mais en hausse par rapport aux 7 400 $ dépensés l'an dernier.
      • Les dépenses chuteront à 9 900 $ par rapport à la moyenne de 13 200 $ de l'an dernier en Colombie-Britannique.
      • Elles seront plus élevées au Québec et dans les provinces de l'Atlantique, atteignant 9 900 $ et 9 500 $ respectivement.
  • Parmi les principaux projets de rénovation figurent l'entretien de base (52 %), le paysagement (39 %) et la rénovation de la salle de bain (39 %).
  • La majorité des propriétaires (86 %) croient qu'une rénovation résidentielle représente un investissement contribuant à augmenter la valeur de leur maison.
  • Alors que 59 % se proposent de puiser dans leurs liquidités ou leur épargne pour financer leurs projets, 29 % couvriront les coûts au moyen d'un prêt, d'une marge de crédit ou d'une carte de crédit.
  • Deux Canadiens sur cinq (44 %) paieront immédiatement les dépenses liées à leurs rénovations résidentielles, alors qu'un tiers (34 %) compte les acquitter dans un délai d'un an; les 15 % restants ne s'attendent à les régler qu'après un an ou plus.

Moins de rénovations coûteuses dans l'Ouest canadien, et pourtant, peu de propriétaires pensent respecter leur budget

Le sondage nous apprend qu'un nombre beaucoup plus important de propriétaires de l'Ouest canadien effectueront des rénovations cette année qu'il y a deux ans. Cependant, leurs dépenses diminueront de façon significative, puisque la plupart réaliseront des travaux abordables (peinture, revêtement de sol, réparations générales, etc.) plutôt que de vastes rénovations de la maison. En Alberta, bien que les dépenses soient en hausse de 9 % par rapport à l'an dernier, elles ont diminué de 65 % depuis 2016, alors que les propriétaires avaient dépensé une somme moyenne de 23 000 $. De la même façon, en Colombie-Britannique, les dépenses ont dégringolé de 35 % au cours de la même période, s'établissant à 9 900 $ comparativement à 15 522 $.

« Effectuer des travaux d'entretien et de réparation n'est pas aussi excitant que rénover sa cuisine, mais ces petits projets peuvent facilement égayer votre maison et vous faire économiser à long terme, » a déclaré M. Penner. 

Le sondage a également révélé que bien que la majorité des répondants (87 %) croient que les rénovations peuvent facilement mener à des dépenses excessives, près des deux tiers (63 %) des propriétaires n'ont pas établi de budget pour le projet qu'ils s'apprêtent à entreprendre.

« Peu importe l'envergure de votre projet, ne dépensez pas toutes vos économies. Prévoyez toujours une somme pour les dépenses excédantes et imprévues, a préconisé M. Penner. Si vous portez les achats liés à votre rénovation à votre carte de crédit pour obtenir des récompenses, planifiez de rembourser le solde de sorte à ce que vos travaux ne vous coûtent pas plus que ce qui était prévu, » a-t-il ajouté.

Les enfants de l'après-guerre vieillissants préfèrent rénover plutôt que vendre

Les résultats du sondage démontrent que la plupart (71 %) des propriétaires canadiens âgés de 55 ans et plus préfèrent rénover leur maison actuelle pour y rester plutôt que la vendre et emménager dans une autre résidence. Les propriétaires de cette génération envisagent de dépenser en moyenne 10 800 $ cette année, en baisse de 36 % par rapport aux 16 800 $ de l'an dernier, pour effectuer des travaux d'entretien et de réparation principalement.

De plus, bien que 71 %  des Canadiens croient qu'une rénovation ou un projet d'amélioration résidentielle constitue un bon projet pour s'occuper à la retraite, près de la moitié des enfants de l'après-guerre (45 %) préfèrent engager un professionnel plutôt que réaliser les travaux eux-mêmes.

« Avec l'âge, la décision d'emménager dans une maison plus petite ou de demeurer dans votre résidence familiale dépend essentiellement de la façon dont vous souhaitez vivre votre retraite, a expliqué M. Penner. Alors qu'une habitation de plus petite taille peut diminuer l'entretien nécessaire et dégager des fonds pour financer d'autres projets comme des voyages, des rénovations pour adapter votre demeure à vos besoins qui changent au fur et à mesure que l'on vieillit peuvent vous permettre de continuer à habiter dans la maison et le quartier que vous aimez. »

Bien que certains avantages fiscaux fédéraux ou provinciaux puissent contribuer à réduire les coûts liés aux rénovations ayant pour but d'améliorer l'accessibilité de leur résidence aux aînés, le sondage met en lumière que le tiers (35 %) des personnes interrogées ne savent pas à quelles déductions ou quels crédits d'impôt ils ont droit.

« Si vous choisissez de demeurer dans votre résidence actuelle et de la rénover, veillez à bien demander à un conseiller financier de vous expliquer la meilleure façon de financer votre projet dans le cadre de votre planification financière globale », a expliqué M. Penner.

La liste de vérification pour la rénovation domiciliaire proposée par la Banque CIBC vise à aider les propriétaires en leur prodiguant d'excellents conseils pour la bonne conduite de leur projet.

Conseils en vue d'une rénovation

  1. Déterminez clairement ce qui fera partie (ou non) de votre rénovation.
  2. Prenez le temps de vous informer sur les coûts à l'avance et d'effectuer des recherches pour obtenir les meilleurs prix.
  3. Établissez un budget et respectez-le.
  4. Discutez avec un conseiller financier de la meilleure manière de financer votre projet de rénovation et prenez en compte toutes les incitations fiscales qui vous sont offertes.
  5. Si vous optez pour un prêt, choisissez un prêt à faible taux comme une marge de crédit garantie et planifiez son remboursement rapide en fixant des paiements automatiques.

PRINCIPALES CONCLUSIONS DU SONDAGE :

Pourcentage de l'ensemble des propriétaires canadiens qui prévoient de rénover leur habitation au cours des 12 prochains mois :


2018

2017

2016

Moyenne nationale

45 %

48 %

37 %

C.-B.

39 %

39 %

32 %

Alb.

45 %

48 %

33 %

Man./Sask.

43 %

48 %

37 %

Ont.

46 %

49 %

41 %

Qc

46 %

48 %

39 %

Atl.

53 %

53 %

32 %

 

Dépenses moyennes des propriétaires canadiens qui prévoient de rénover leur habitation :


2018

2017

2016

Budget moyen

10 959 $

11 795 $

13 017 $

De 1 $ à 4999 $

29 %

29 %

27 %

De 5 000 $ à 9 999 $

17 %

24 %

20 %

De 10 000 $ à 14 999 $

13 %

12 %

15 %

De 15 000 $ à 24 999 $

10 %

9 %

9 %

25 000 $ ou plus

8 %

9 %

10 %

Ne sait pas

22 %

16 %

19 %

 

Dépenses moyennes des propriétaires canadiens qui prévoient de rénover leur habitation, par province ou région :


2018

2017

2016

Moyenne nationale

10 959 $

11 795 $

13 017 $

C.-B.

9 879 $

13 188 $

15 522 $

Alb.

8 073 $

7 351 $

22 952 $

Man./Sask.

10 232 $

8 288 $

7 709 $

Ont.

13 603 $

15 988 $

13 878 $

Qc

9 909 $

8 445 $

7 933 $

Atlantique

9 482 $

9 212 $

10 837 $

 

Méthode de financement envisagée par les propriétaires canadiens qui prévoient de rénover leur habitation :


2018

2017

2016

Épargne et argent comptant

59 %

67 %

56 %

Marge de crédit sur valeur nette de la propriété

11 %

7 %

11 %

Prêt ou marge de crédit

9 %

10 %

12 %

Carte de crédit

9 %

8 %

15 %

Indemnité ou prestation d'assurance

1 %

1 %

-

Autre raison / Ne sait pas

11 %

6 %

5 %

 

Cinq principaux types de rénovation domiciliaire que prévoient les propriétaires canadiens :


2018

2017

2016

Entretien de base (peinture, revêtements de sol, réparations générales, remplacement d'électroménagers)

52 %

48 %

54 %

Paysagement (y compris la terrasse, le patio, l'entrée)

39 %

38 %

42 %

Rénovation d'une salle de bain

39 %

31 %

33 %

Remplacement de fenêtres ou de portes

29 %

23 %

23 %

Rénovation de la cuisine

28 %

26 %

26 %

 

Avis relatif au Sondage de la Banque CIBC sur les rénovations domiciliaires : Les 2 et 9 mai 2018, un sondage en ligne en deux parties a été mené par Maru/Blue auprès d'un total de 3 017 adultes canadiens choisis au hasard parmi les panélistes de Maru Voice Canada. Aux fins de comparaison, un échantillon aléatoire de cette taille comporte une marge d'erreur (qui mesure la variabilité d'échantillonnage) de plus ou moins 2,5 %, 19 fois sur 20. Les résultats ont été pondérés par niveau de scolarité, âge, sexe et région (et, au Québec, par langue) de manière à refléter la composition de la population, en fonction des données du recensement. Ceci a pour but de veiller à ce que l'échantillon soit le plus représentatif possible de toute la population adulte du Canada. Les écarts entre les totaux sont attribuables à l'arrondissement des données.

À propos de la Banque CIBC

La Banque CIBC est une importante institution financière canadienne d'envergure mondiale qui compte 11 millions de clients, tant des particuliers que des entreprises, y compris des clients institutionnels et du secteur public. Par l'intermédiaire de Services bancaires personnels et PME, de Groupe Entreprises et de Gestion des avoirs, et de Marchés des capitaux, la Banque CIBC offre un éventail complet de conseils, de solutions et de services au moyen de son réseau de services bancaires numériques de premier plan, et de ses emplacements dans tout le Canada, aux États-Unis et dans le monde entier. Vous trouverez d'autres communiqués de presse et d'autres renseignements sur la Banque CIBC à www.cibc.com/fr/about-cibc/media-centre.html ou sur LinkedIn (www.linkedin.com/company/cibc), Twitter (@BanqueCIBC), Facebook (www.facebook.com/CIBC) et Instagram (@CIBCMaintenant). 

SOURCE CIBC - Étude des besoins des consommateurs et conseils

Pour plus de renseignements: Jessica Botelho, Relations publiques, 416 980-8859 ou jessica.botelho@cibc.com
Plus Nouvelles
print email rss