Passer au contenu
English
Répertoire des communiqués
Page précédente.
Prendre sa retraite ou revenir sur le marché du travail? Selon un sondage réalisé par la Banque CIBC, un retraité canadien sur quatre regrette d'avoir pris sa retraite et souhaite retourner sur le marché du travail

L'argent est un facteur de motivation important, mais le désir d'être stimulé psychologiquement arrive au sommet de la liste des raisons

TORONTO, le 30 janv. 2019 /CNW/ - Un nouveau sondage de la Banque CIBC révèle que plus du quart (27 %) des retraités canadiens regrettent d'avoir pris leur retraite, et qu'un nombre presque équivalent de retraités (23 %) ont tenté de revenir sur le marché du travail. Alors que 59 % de ceux qui regrettent d'avoir pris leur retraite choisissent de retourner au travail pour une question de stimulation intellectuelle, 50 % d'entre eux affirment que ce sont des préoccupations financières qui les poussent à reprendre le sentier.

Le sondage a également révélé que la moitié de tous les Canadiens préféreraient continuer de travailler après avoir passé l'âge de 65 ans plutôt que de prendre leur retraite et avoir à composer avec une qualité de vie réduite. La majorité (78 %) croit que le fait de réduire leur nombre d'heures travaillées ou de passer à la « semi-retraite » leur procure le « meilleur des deux mondes ».

« Un trop grand nombre de Canadiens qui s'apprêtent à franchir l'étape de la retraite n'ont pas de plan, ce qui peut être source de stress inutile, d'inquiétudes financières et même de corrections de trajectoire », affirme Jamie Golombek, directeur gestionnaire, Planification financière et conseils CIBC. « Il est important de visualiser sa retraite et d'être vraiment certain de la façon dont on va occuper son temps. Certains choisissent d'arrêter de travailler complètement, d'autres le font de manière graduelle. Prenez en considération la façon dont les stratégies fiscales peuvent vous aider à conserver une plus grande partie de votre argent et à atteindre le style de vie que vous souhaitez avoir à la retraite. Peu importe la voie que vous décidez d'emprunter, planifiez et révisez votre plan au fur et à mesure que votre situation évolue. »

Un retour au travail peut être accompagné d'un salaire moins élevé

Le fait de miser sur un retour au travail pour pouvoir soutenir financièrement son style de vie à la retraite est un peu hasardeux, car seulement un tiers (32 %) de ceux qui ont essayé de revenir sur le marché du travail après avoir pris leur retraite ont réussi à obtenir un salaire et un poste similaires à ce qu'ils avaient avant. Les autres ont seulement réussi à obtenir un poste ou un salaire inférieurs (38 %) ou ont tout simplement cessé d'essayer (30 %).

« L'idée de travailler durant la retraite ne remplace pas le besoin de bien planifier et économiser. Il n'en demeure pas moins que même si vous êtes en excellente forme, que votre santé est bonne et que vous souhaitez effectuer un retour au travail, rien ne garantit que vous serez capable d'avoir un salaire et des avantages suffisants, affirme M. Golombek. De plus, toute source de revenus additionnels pourrait avoir une incidence négative sur vos prestations de retraite, limiter votre capacité à réclamer certains crédits ou vous placer dans une tranche d'imposition plus élevée, et au bout du compte vous coûter plus que vous ne pensiez lorsque viendra le moment de faire votre déclaration de revenus. »

Selon le sondage, il y a au moins un certain nombre de Canadiens qui sont prêts pour leur âge d'or : 1 Canadien sur 5 (18 %) a affirmé ne jamais s'inquiéter à propos de ses finances, car son « plan de retraite est bien établi ». Et un certain nombre de Canadiens sont prêts à prendre leur retraite si leur employeur leur offre un programme d'incitation au départ qui en vaut la peine. 1 Canadien sur 2 âgé entre 55 et 64 ans et travaillant toujours (51 %) souhaite secrètement que son employeur lui offre un programme d'incitation au départ.

Besoin de plus d'argent à la retraite? Essayez de réduire les impôts que vous devez

Avoir un plan est très utile, mais utiliser des stratégies pour minimiser ses impôts à la retraite peut aussi permettre d'étirer ses dollars. Pourtant, la plupart des Canadiens (89 %) ne sont pas tout à fait au courant de la façon dont leurs revenus de retraite sont imposés. C'est aussi le cas parmi ceux qui sont déjà à la retraite.

Cela peut s'avérer une erreur coûteuse le moment est venu de décider de la meilleure façon de puiser dans ses économies dans ses années de non-travail, affirme M. Golombek dans un nouveau rapport intitulé « Le droit à la retraite : comprendre l'imposition du revenu de retraite » et dans la vidéo que vous pouvez consulter, et qui présentent des stratégies pour aider les personnes à réduire leurs impôts et à conserver certaines prestations gouvernementales tout au long de leur retraite.

« La plupart des gens qui évaluent les façons de maximiser leurs revenus à la retraite songent à gagner plus ou à dépenser moins. Mais peu examinent les façons de réduire leurs impôts et de conserver davantage de fonds lorsqu'ils puisent dans leurs économies, ainsi que de bâtir leur chèque de retraite efficacement », affirme M. Golombek.

Par exemple, en choisissant de fractionner jusqu'à 50 % de votre revenu de pension admissible avec votre époux/épouse ou conjoint de fait, vous pourriez être en mesure d'empocher des économies d'impôt pouvant aller jusqu'à 30 points de pourcentage annuellement, selon votre province de résidence et la différence entre vos taux d'imposition et ceux de votre époux/épouse ou conjoint de fait. Et en réduisant votre propre revenu, vous pourriez être en mesure de préserver vos prestations gouvernementales fondées sur le revenu, comme la pension de la Sécurité de la vieillesse et le crédit en raison de l'âge.

Mais aucun avis fiscal n'est universel, affirme M. Golombek en guise d'avertissement, puisque, bien que le fractionnement du revenu de pension puisse réduire vos impôts et vous permettre de conserver des prestations gouvernementales, cela peut également avoir comme effet que votre époux/épouse ou conjoint de fait perdra certains de ces mêmes avantages, voire la totalité.

« Il est essentiel d'obtenir les bons conseils, alors parlez à vos conseillers financier et fiscal afin de vous assurer que vous suivez les bonnes étapes pour réduire votre fardeau fiscal global et conserver une plus grande partie de l'argent que vous avez durement gagné, afin de pouvoir profiter de votre retraite. »

Autres conclusions du sondage :

  • La moitié (47 %) des retraités ont cessé de travailler plus tôt que prévu en raison de changements relatifs à leur santé, à leurs obligations familiales ou à leur emploi.
  • Bien que les Canadiens affirment, en moyenne, qu'ils prévoient de prendre leur retraite à 58 ans, ils affirment aussi qu'ils s'attendent à continuer de travailler dans une certaine mesure jusqu'à l'âge de 62 ans.
  • 74 % des répondants s'inquiètent de ne pas avoir assez de revenus lors de leur retraite.
  • 89 % de tous les Canadiens ne connaissent pas tout à fait la façon dont les revenus de retraite sont imposés, et certains (17 %) croient à tort que les prestations du RPC sont libres d'impôt.

À propos du sondage de 2019 sur les revenus de retraite : Du 3 au 6 janvier 2019, un sondage en ligne a été réalisé par Maru/Blue auprès de 3 029 adultes canadiens choisis au hasard qui sont des panélistes de La Voix Maru. Aux fins de comparaison, un échantillon aléatoire de cette taille comporte une marge d'erreur estimée (qui mesure la variabilité d'échantillonnage) de plus ou moins 1,6 %, 19 fois sur 20. Les résultats ont été pondérés par niveau de scolarité, âge, sexe et région (et, au Québec, par langue) de manière à refléter la composition de la population, en fonction des données du recensement. Ceci a pour but de veiller à ce que l'échantillon soit le plus représentatif possible de toute la population adulte du Canada. Les écarts entre les totaux sont attribuables à l'arrondissement des données.

À propos de la Banque CIBC

La Banque CIBC est une institution financière de premier rang en Amérique du Nord qui compte 10 millions de clients, tant des particuliers que des entreprises, y compris des clients institutionnels et du secteur public. Par l'intermédiaire de Services bancaires personnels et PME, de Groupe Entreprises et Gestion des avoirs, et de Marchés des capitaux, la Banque CIBC offre un éventail complet de conseils, de solutions et de services au moyen de son réseau de services bancaires numériques de premier plan, et de ses emplacements dans tout le Canada, aux États-Unis et dans le monde entier. Vous trouverez d'autres communiqués de presse et d'autres renseignements sur la Banque CIBC à www.cibc.com/ca/media-centre ou sur LinkedIn (www.linkedin.com/company/cibc), Twitter @CIBC, Facebook (www.facebook.com/CIBC) et Instagram @CIBCMaintenant.

SOURCE CIBC - Étude des besoins des consommateurs et conseils

Pour plus de renseignements: Jessica Botelho, Affaires publiques, 416 980-8859 ou Jessica.Botelho@cibc.com
Plus Nouvelles
print email rss